“Pour assurer le transport des équipements de tournage, Condor a dû mettre en oeuvre tout son savoir-faire et sa maîtrise des missions complexes : toutes les formalités administratives et douanières ont été prises en charge par les équipes de Condor“

Comment la plus haute montagne de Sibérie Orientale devient le décor d’un film à succès.

The White Maze.

Les Freeriders Matthias « Hauni » Haunholder et Matthias Mayr ont réussi un exploit jamais réalisé auparavant : l’ascension du plus haut sommet de Sibérie Orientale, le Mont Pobeda (ou Gora Pobeda, littéralement « montagne de la Victoire »). Le documentaire retraçant cette performance est sorti en avant-première au cinéma le 12 octobre dernier.

 

Son titre : The White Maze (Le Labyrinthe Blanc). Les formalités douanières pour le transport des équipements cinématographiques ont été assurées par Condor. Plus d’un an de préparation a été nécessaire aux deux pionniers pour mener à bien cette expédition.La logistique était un défi majeur à relever. Pour assurer le transport des équipements de tournage, Condor a dû mettre en oeuvre tout son savoir-faire et sa maîtrise des missions complexes : toutes les formalités de douanes ont été prises en charge par les équipes de Condor. Les cameramen, Johannes Aitzetmüller, Moritz Sonntag et le photographe Jonas Blum, mettent en images cette aventure. Le documentaire « The White Maze » dure 52 minutes.

 

Situé dans l’extrême nord-est de la Sibérie, le Gora Pobeda est réputé pour son ascension extrêmement périlleuse. La face Nord, inclinée à 60°, est couverte de glace, la face Sud, rocheuse, est à pic, avec des températures descendant à -50°C. La première base d’hélicoptères se trouve à plus de 1300 kms et la route la plus proche à plus de 350 kms. Le Gora Pobeda fait partie du Massif des Monts Tcherski qui s’étend sur plus de 1200 kms, plus important encore que la chaîne des Alpes en Europe.

Le défi logistique – Equipements de tournage sous Carnet ATA pour un aller/retour en Sibérie.

Les formalités d’importation et d’exportation des matériels de tournage étaient envisagées sous une procédure « tripartite » déjà utilisée par le passé en Russie, sans problématiques particulières donc ? La réalité fût tout autre !

Le carnet ATA établi comprenait 81 articles pour un total de 68 kgs d’équipement de tournage représentant 49 positions douanières distinctes ; décrits en allemand et en russe, chaque article a été pesé, classé et photographié  individuellement. Le document douanier comprenait finalement 91 pages dont 11 pages de photos sous forme de catalogue.

Le dédouanement a eu lieu à Moscou et s’est bien déroulé malgré des contraintes horaires extrêmes ; des membres du personnel de Condor attendaient les athlètes à l’aéroport pour assurer, dans l’urgence, la connexion avec le vol de correspondance à destination de Yakutsk. Le transport de retour s’est également passé sans accroc.

Même si notre contribution reste modeste, nous sommes ravis d’avoir pu contribuer à la réussite de ce beau projet !